DAO YIN FA


DAO YIN FA signifie "Travail énergétique permettant la nutrition du principe essentiel". 


Depuis son origine, cet art millénaire, parfois nommé YOGA CHINOIS, a pour but de "fortifier le corps, développer les sens, et d'éveiller l'esprit". 
La pratique de cet art se doit d'être plaisante et d'exprimer la joie de vivre.

Ces techniques classiques comportent également des automassages ainsi que des mobilisations.

Le DAO YIN FA n'est pas une simple gymnastique externe, mais une méthode globale qui considère l'homme comme une unité énergétique, qui permet d'entretenir la santé par le biais de l'Energie, et qui vise l'Eveil, l'Ouverture, l'Activité. 

La pratique et surtout l'étude de celle-ci, est principalement basée sur la répétition... l'enseignant donne l'impulsion mais... Le résultat appartient aux pratiquants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Dao Yin Fa Qi Gong,

Pour la plupart des personnes en recherche d’une activité énergétique ou gymnique originaire d’Asie, les mots clés venant à l’esprit sont Yoga, Do In, ou encore Qi Gong.

Trois pratiques certes asiatiques mais bien différentes par leur forme et leur origine : le Yoga est originaire de l’Inde, le Do In du Japon et le Qi Gong de Chine. C’est bien ce dernier qui nous intéresse.

Qi Gong signifie littéralement travail (gong) du souffle (qi) ou de l’énergie. A l’instar du Yoga il existe également plusieurs branches, courants ou « écoles » de Qi Gong.

Le Dao Yin Fa Qi Gong, est d’origine taoïste et, se caractérise, en simplifiant, par une pratique visant la réalisation personnelle du pratiquant dans le respect de la nature et d’autrui. C’est ce que d’ailleurs notre association a repris dans ses buts.

D’autres tendances d’origines différentes existent : bouddhiste, confucianiste, martiale, médicale, familiale, certaines même sont extérieures à la Chine.…

Pour être précis nous parlons du Lingbaoming Xiaodanbai (la Petite Réalisation du Joyau Ecarlate) : c’est le nom spécifique de notre école qui figure parmi les trois courants anciens taoïstes. Donc Dao Yin Fa Qi Gong Lingbaoming Xiaodanbai ! tous ces mots ont leur importance et lorsque nous nous retrouvons nous parlons tout simplement de Dao Yin…

Pourquoi et comment pratiquer ?

Le Dao Yin pour accroître le potentiel de santé du pratiquant :

Chacun peut venir pratiquer pour des raisons diverses, l’entretien de la santé, le bien-être, la découverte d’une autre culture, la rencontre avec d’autres personnes…

Le Dao Yin pour accroître le potentiel de santé du pratiquant : méthode préventive pour conserver la forme il est utilisé en Chine depuis des millénaires d’une manière empirique et efficace … il en est ainsi dans nos cours depuis plus de vingt ans. La pratique s’y déroule avec naturel et simplicité et chacun vient avec ce qu’il est pour passer de une heure à une heure et demie en chausson, chaussette, ou pieds nus sur un tapis pour son bien-être.

Suivant les saisons, l’enseignant, le choix dans les séries de mouvements peut varier d’un cours à l’autre. L’idéal étant qu’un pratiquant souhaitant ap­prendre une suite de mouvements puisse le faire progressivement de cours en cours, de répétition en répétition.

D’une manière générale nous commençons les sessions par la posture Wu Ji, dite de l’Etre humain libre et debout. Cette position permet de rentrer doucement et calmement dans l’activité en proposant un réglage sur trois niveaux corporels en correspondance avec les trois dimensions que sont la Terre, l’Etre humain et le Ciel : il s’agit d’assurer et préciser l’ancrage des pieds sur le sol pour la Terre, le positionnement du bassin entre Terre et Ciel pour l’Etre humain et la suspension de la tête pour le Ciel.

Par la suite des micro-réglages peuvent s’amorcer pour plus de précision. Postures, Mouvements et Respiration jouent ensemble, à travers les trois séries appelées communément Yi Yin Fa. Chaque série mettant en marche les groupes articulaires, les muscles et tendons, la circulation sanguine, respiratoire et énergétique.

Dans la première série la ceinture scapulaire est mobilisée dans des al­ternances d’ouvertures de fermetures afin de rendre plus souple la zone des épaules, d’éliminer les tensions, et faciliter la libre circulation du souffle. Dans cette partie sont en particulier sollicités doigts et mains poignets coudes aussi jusqu’au sternum et aux vertèbres cervicales. La deuxième série intéresse le bassin et les jambes afin de ren­forcer l’assise du corps à la Terre. Comme dans la première partie le mouvement va du plus profond au plus périphérique. Hanches, genoux, chevilles, pieds et orteils mais aussi vertèbres lombaires sont amenés à effectuer des gestes d’ouverture et de fer­meture dans une forme plus courte et plus tonique et dynamique que la précédente. La dernière séquence des Yi Yin Fa mettant en scène la colonne vertébrale dans son ensemble du coccyx jusqu’au sommet du crâne, formidable outil de liaison des deux formes précédentes. Entre la Terre et le Ciel se situe l’être humain et l’harmonisation de celui-ci, c’est ce que permet cette forme.

On ne s’arrête pas là, il reste les formes de Dao Yin Fa suivant dans la tradition les premières citées plus haut. Elles n’étaient pratiquées autrefois en Chine que par les pratiquants confirmés. Assez énergétiques elles répondent aux noms : « douze portes treize postures », « la lune dans l’étang », « caresser le ventre du dragon et le dos du tigre »,… Une des raisons pour lesquelles elles venaient dans un deuxième temps vient du fait qu’il faut d’abord préparer le corps dans des formes simples pour aborder des formes plus puissantes énergétiquement et corporellement.

Le Dao Yin : un art de vivre et un art pour vivre!